* *
* *
genealogie

CONSCRITS SERRURIERS

DIVERS DOCUMENTS

RECENSEMENTS

Histoire locale

Géographie 01

Histoire locale 01

Histoire locale 02

Histoire locale 03

Histoire locale 04

Histoire locale 05

Histoire locale 06

Histoire locale 07

Histoire locale 08

Histoire locale 09

Histoire locale 10

Histoire locale 11

Histoire locale 12

Recherche



Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 10 membres


Connectés :

( personne )
Histoire locale 11 - LA BALLE AU TAMIS

 

 

LA BALLE AU TAMIS

 

La balle au tamis se pratique principalement dans le Vimeu, le Ponthieu et le Marquenterre ; mais sa terre de prédilection a toujours été le Vimeu où, entre les deux guerres, on recensait une cinquantaine de sociétés encore existantes.

 

.Le tamis est un trépied cerclé de bois ou de fer sur lequel est tendu une toile. Le joueur qui engage y laisse rebondir la balle. Le tamis ne sert que pour l'engagement qui se fait à main nue. Traditionnellement, la balle était en terre cuite. Dans le Vimeu, la balle porte le nom de "pelote" ou "d'éteuf". Autrefois, les balles ne rebondissaient pas et menaçaient les assistants et les vitres du voisinage.

La balle est renvoyée à l'aide d'un tambour, sorte de gant ovale tendu de peau de veau ou de porc. Le tambour est vraisemblablement une survivance, sous une forme modifiée, des battoirs tendus de parchemin utilisés pour la longue paume, avant l'apparition des raquettes.

 

Photo tamis et gants

                                   la balle au tamis.jpg

 

 

 

Les tambours bien tendus sont des engins de propulsion très efficaces. Les terrains de balle au tamis sont donc très longs, les plus longs de tous les jeux picards : 94 mètres.

Une équipe complète compte neuf joueurs, le rôle essentiel est tenu par le "fort du jeu" qui est l'organisateur de l'équipe ; à ses côtés, le milieu de corde, deux basses volées ou joueurs de fond, deux basses volées de 15, le deuxième fort du jeu et deux cordiers. Les parties se jouent en 5,6 ou 7 jeux. La manière de compter est celle du tennis actuel.

A la sortie de la guerre, une cinquantaine de communes du Vimeu s'adonnent à ce jeu.

(voir dans notre article « histoire de BETHENCOURT SUR MER au 20ème siècle les performances de la société LA PERSEVERANTE)

 

 

Source : Vie et traditions populaires en région PICARDIE J.F. LEBLOND et Y. BROHARD.

 


Date de création : 19/10/2008 @ 16:58
Dernière modification : 13/02/2010 @ 18:09
Catégorie : Histoire locale 11
Page lue 29 fois

^ Haut ^