* *
* *
genealogie

CONSCRITS SERRURIERS

DIVERS DOCUMENTS

RECENSEMENTS

Histoire locale

Géographie 01

Histoire locale 01

Histoire locale 02

Histoire locale 03

Histoire locale 04

Histoire locale 05

Histoire locale 06

Histoire locale 07

Histoire locale 08

Histoire locale 09

Histoire locale 10

Histoire locale 11

Histoire locale 12

Recherche



Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 10 membres


Connectés :

  membresVIMEU
HISTOIRE DE NIBAS 20ème siècle

 

                                                          HISTOIRE DE NIBAS AU 20ème SIECLE

 

LA POPULATION A NIBAS EN 1906

 

 

Les personnages importants du village

 

Le curé, c’est DUBOIS Félix, il a 77 ans

Les Instituteurs publics s’appellent : BELLEBOUCHE Xavier, 40 ans et JOVELET Jules, 27 ans

L’institutrice publique c’est : DEQUIROT Augusta, 29 ans

Le garde champêtre c’est PRIEZ Thimothée, il a 70 ans

 

Il n’y a plus de meuniers.

 

 

Répartition de la population

 

Le nombre d’hommes de + de 21 ans est de : 278

Le nombre de femmes de + de 21 ans est de : 250

Il y a 275 enfants de – de 21 ans

La population totale de NIBAS est de 803 personnes, soit 82 de moins qu’en 1881.

L’âge moyen est de 33 ans et demi.

Le nombre de foyers est de 237 et il y a 3,3 personnes par foyer.

 

Les femmes chefs de ménage sont au nombre de 29.

 

 

Les plus vieux habitants sont au nombre de 3 ils sont 80 ans, ce sont BOUTTE Dominique, ROGER Onuphre et D’HIER Thimothée

Les plus vieilles habitantes ce sont OZENNE Félicité et CAPON Célénie, elles sont 81 ans.

 

Il est impossible de discerner quel est le plus jeune car le recenseur a indiqué l’année de naissance et non l’âge des enfants.

 

 

Les Métiers

 

Il n’y a plus de propriétaires, il n’y a plus que des Rentiers, ils sont 12.

 

 

Secteur Agricole : 161 personnes, soit  45%  de la population active

 

Il y a parmi ces personnes, un tiers d’ouvriers agricoles ou assimilés.

 

Secteur Artisanal et industriel :  152  personnes, soit  42 %  de la population active

 

Les métiers du bâtiment emploient 12 personnes, principalement des maçons.

 

Les métiers qui emploient le fer, la fonte et le cuivre sont de loin les plus représentés.

 

Il n’y a qu’un fabricant de serrures et un fondeur. Mais les serruriers sont au nombre de 108.

Parallèlement, il y a aussi 4 maréchaux- ferrants, et 2 charrons.

 

Les métiers du cuivre emploient des personnes dont le métier est bien spécialisé : matricien, coquetier, polisseur, mouleur, décolleteur et tourneur. Ensemble ils représentent 18 personnes seulement.

 

Les emplois « annexes » comme les emplois de bureau ou les chauffeurs et les mécaniciens prennent de l’importance.

 

L’échelle sociale des métiers grandit : il y a 1 contremaître qui s’adjoint à l’industriel, mais aussi des ouvriers d’usine.

 

Secteur Commerçant : 20 personnes, soit 5,5 % de la population active

 

 

Les métiers de bouche représentent 7 personnes, les autres sont spécialisés dans l’habillement : Tailleur, Cordonnier et 7 couturières.

 

 

Quelques professions indépendantes sont représentées : 1 Géomètre et 2 Chauffourniers (exploitant de four à chaux). Il y eu à NIBAS 3 four à chaux, un à la Maladrerie, 1 rue Mademoiselle et 1 rue du Bos.

 

Les fonctionnaires sont au nombre de : 1 Garde  Champêtre, 3 Cantonniers et 3 Instituteur(trice) publics.

 

Les ouvriers sont seulement au nombre de 5.

 

 

Origine géographique de la population

 

La majorité de la population de NIBAS est originaire de la Somme, particulièrement du VIMEU. Ensuite viennent les Parisiens.

 

Un petit nombre est originaire de la Seine Maritime toute proche. On note 2 personnes originaires du Pas de Calais et 1 belge d’Ostende.

 

Quelques localisations géographiques d’employeurs.

 

 

FRIVILLE : MAQUENNEHEN ET IMBERT, ACOULON, DECAYEUX ET THIRARD, FLEURY DEPOILLY

NIBAS : DEPOILLY, LAINE

FRESSENNEVILLE : RIQUIER

YZENGREMER : DEHEDIN

 

 

Les plus jeunes enfants au travail ont 14 ans : 2 sont serruriers, 1 cultivateur. On trouve ensuite des enfants de 15 ans au travail : Serrurier, mouleur, journaliers agricoles.

 

 

SYNTHESE

 

La population de NIBAS est encore en décroissance en 1906. Elle a vieillit : la moyenne d’âge augmente et le nombre d’enfants diminue.

Les femmes actives représentent 18 % de la population féminine de + de 21 ans, ce qui est très peu par comparaison avec celle de TULLY par exemple où la même population féminine active est de 50 % en 1906 également !

 

 

L’évolution des secteurs économiques est frappante. Par rapport à 1881, le secteur agricole a nettement progressé en nombre et en pourcentage. Presque la moitié de la population active de NIBAS travaille dans ce secteur !

Le secteur artisanal par contre, a perdu 66 personnes. 78 serruriers ont quitté la commune, préférant s’établir là où ils étaient occupés.

Avec le départ des artisans, les commerçants, à cause du manque de débouchés sans doute, se sont établis ailleurs.

 

En résumé, le village en s’orientant définitivement vers une activité agricole a perdu un grand nombre de ses habitants, attirés vers des communes où la main d’œuvre dans le secteur industriel était recherchée.

 

 

 

LES EMPLOYEURS DE NIBAS

 

 

La Maison Honoré DEPOILLY

 

 

Le 3 août 1818 Honoré DEPOILLY marchand de serrures, né et domicilié à ESCARBOTIN épouse Justine BEAUVISAGE de NIBAS et installe à NIBAS, rue du Moulin un atelier où travaillent 7 ou 8 ouvriers. Un certain nombre d’ouvriers des pays voisins sont également employés.

A la mort d’Honoré DEPOILLY, son fils Sulpice prend la direction de l’atelier et continue jusqu’en 1887 la fabrication du pène dormant demi-tour, de la sûreté et de la serrure de grille.

A noter qu’une autre branche de cette famille restée à ESCARBOTIN, est à l’origine de la société FLEURY-DEPOILLY-LAPERCHE.

 

La Maison Hubert FOURNIER

 

En 1867, Hubert FOURNIER travaille dans une petite « boutique » du bout de la ville avec 1 ou 2 ouvriers de ses amis pour la maison LIEVIN-DAVERGNE de FEUQUIERES.

A partir de 1869 il se spécialise dans les articles de coffre-forts, serrures de caisse à pompe et à gorges, serrures de sûreté, et l’atelier qui grandit, travaille pour son propre compte.

En 1870, 14 ouvriers travaillent à l’atelier et une trentaine à domicile.

Malheureusement, Hubert FOURNIER décède en 1890. Son fils Gabriel reprend la fabrication jusqu’en 1900, date à laquelle il cède le fonds à M. de MILLEVILLE, qui continue jusqu’en 1903.

L’atelier a été alors transféré dans une dépendance du château de REMBEHEM appartenant à M. de MILLEVILLE.

 

LES TOUCHEURS DE LA RAGE DE NIBAS

 

Selon un article de Marius TOURON dans le bulletin de la Société d’Archéologie du VIMEU en 1909

 

Depuis un temps immémorial, les membres d’une famille de NIBAS possèdent et transmettent de génération en génération le privilège de « toucher » contre la rage : c'est-à-dire, de prémunir les personnes et les animaux contre les atteintes de la maladie.

 

Cette famille, est désignée du nom de « LAVERNOT ». Ce privilège lui a été transmis par alliance par les « LE CAUCHOIS ». Marie LE CAUCHOIS de LABARRE était la dernière représentante de cette famille.

Le toucheur préserve de la rage les personnes et les animaux qui ont été mordus par un animal atteint de cet effroyable mal. Quand un accès de la maladie a eu lieu, le toucheur les garantit contre les crises violentes et ils meurent de ce qu’on appelle « la rage douce ».

 

Chaque année, les toucheurs de NIBAS recevaient la visite de nombreux clients qui venaient parfois de bien loin pour se faire toucher.

 

Jadis, les ancêtres des LAVERNOT, à l’époque de l’année où la rage fait son apparition, partaient pour plusieurs mois faire une tournée en Picardie et en Normandie.

Après l’apparition du vaccin, certains préféraient encore venir se faire toucher à NIBAS plutôt que d’aller à l’institut PASTEUR.

L’opération du touchage est assez simple. Elle consiste pour les personnes en prières et en invocation. Pour les animaux, le toucheur doit leur passer sur le front un fer rougi au feu. Pour éviter que l’animal ne se dérobe on lui prend la tête dans une porte entrouverte……….

 

 

 

 

Sources : recensement de population 

              G. VASSEUR : NIBAS et ses annexes

              Bulletin de la Société d'Archéologie du VIMEU 

 

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 14/03/2009 @ 17:58
Dernière modification : 16/05/2011 @ 16:53
Catégorie :
Page lue 1156 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^