* *
* *
genealogie

CONSCRITS SERRURIERS

DIVERS DOCUMENTS

RECENSEMENTS

Histoire locale

Géographie 01

Histoire locale 01

Histoire locale 02

Histoire locale 03

Histoire locale 04

Histoire locale 05

Histoire locale 06

Histoire locale 07

Histoire locale 08

Histoire locale 09

Histoire locale 10

Histoire locale 11

Histoire locale 12

Recherche



Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 10 membres


Connectés :

( personne )
LA SERRURERIE DANS LE VIMEU AU 20ème SIECLE

                                         

                       SERRURERIE DANS LE VIMEU AU 20ème SIECLE

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici les principales fabrications du VIMEU pendant la guerre 14-18, réunies sous forme de tableau

 

 

 

COMMUNE –

ETABLISSEMENT

 

PERSONNEL

PERSONNEL

FABRICATIONS

OBSERVATIONS

 

 

AVANT 14

APRES 14

 

 

AULT

 

DERLOCHE Serrures

 

120

60

Gaines relais

 

 

 

 

 

 

 

BETHENCOURT/MER

 

 

 

 

 

 

HAUDIQUER Sécateurs

 

115

80

Fournit l'armée indirectement

 

DEBEAURAIN Serrures

 

75

30

Gaines relais

 

MAQUENNEHEN ET IMBERT Cuivrerie

 

73

20

Fournit l'armée en petites pièces

 

BIGNARD Serrures

 

36

Néant

Idem

 

MATHON CARON Sécateurs

 

31

Néant

Idem

 

           

 

BOURSEVILLE

 

 

 

 

 

           

 

OPAIX Frères Vis

 

20

9

Vis pour autos, boulons

 

           

 

TULLY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BUIRET DEBEAURAIN Clefs

 

170

60

Grenades

 

GAUDEFROY CAQUERET Fonte aciérie

 

60

30

Idem

 

HUTEL Vis

 

130

70

Gaines relais

 

 

 

 

 

 

 

ESCARBOTIN

 

 

 

 

 

           

 

ACOULON Fonderie de cuivre

 

51

26

Petites pièces

 

DEBEAUVAIS & HOLLEVILLE Fonderie de cuivre

 

36

8

900 bouchons obus/jour

 

DUQUENNOY Fonderie de cuivre

 

42

Arrêt

 

 

BOUTTE Serrures

 

100

50

Boucles pour équipement,  obus

 

WEBER Limes (alias WINCKLER)

 

12

Arrêt

 

 

NIEBLING Fonderie de cuivre

 

49

12

Indirectement pour l'armée

 

IMBERT Serrures

 

128

50

Serrures marines Gaines relais

 

FLEURY DEPOILLY Serrures

 

170

70

Crampons T.S.F. Pièces pour 75

 

STACOFFE Fondeur en fonte

 

80

68

Eperons Fers à chaussures Boucles

 

DEFRANCE Fonderie de cuivre

 

35

Arrêt

 

 

ROGER Fonderie de cuivre

 

15

Arrêt

 

 

TIRARD Fonderie de cuivre

 

160

110

Eperons boulons d'assemblage

Pièces pour autos

 

NORTIER Tournerie de cuivre

 

30

Arrêt

 

 

MARESCAUX Fonderie de cuivre

 

80

Arrêt

 

Travail 2/j semaine

 

 

 

 

 

 

FEUQUIERES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AUER

 

 

150

100

Obus Grenades

 

LIEVIN DAVERGNE Vis et Coffrets

 

60

30

Gaines relais d'obus

 

BAUCHE Coffres

 

50

20

Idem

 

DUFRANCATEL Coffrets

 

12

8

Idem

 

JOUVET

 

30

6

Coffres arme de tir réduit

 

FORESTIER Coffrets

 

40

15

Usinage obus

 

RIQUIER Fonderie

 

300

100

S’outille pour fabriquer des baïonnettes

 

           

WOINCOURT

 

 

 

 

 

BRICARD Fonderie

 

80

40

Gaines d’obus

 

           

 

DARGNIES

 

BOIZARD Mécanicien

 

3

13

100 corps d’obus jour

 

SAINT GERMAIN Frères

 

60

36

Poignées baïonnettes bouclerie

 

PARMENTIER Fonderie

 

120

50

Grenades

 

MILBLED Fonderie

 

100

40

Grenades

 

BEAUDOURG  ? Mécanicien

 

30

15

Gaines relais

 

MARIAGE Fonderie

 

15

18

Grenades

 

           

BEAUCHAMPS

 

 

 

 

 

 

EVENO NOLE

 

60

100

Obus grenades

 

 

 

 

 

 

 

OUST MAREST

 

 

 

 

 

 

FICHET Coffres forts

 

150

60

Obus grenades

 

 

 

 

 

 

 

GAMACHES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

POLLET Tournerie Bois

 

50

30

Bouchons de grenades

 

MARIAGE Fonderie

 

 

20

20

Grenades

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo d'une gaine relais

 

     

                                         SERRURIER 20me gaine relais.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

Dans un article du journal BRESLE ET VIMEU de septembre 1935, le président de la chambre de commerce d’ABBEVILLE trace les principales insuffisances de l’industrie locale et nationale.

 

 

LA SITUATION DE L’INDUSTRIE DANS LA REGION D’ABBEVILLE

 

Rapport du président de la Chambre de Commerce d’ABBEVILLE, Monsieur RIQUIER

 

 

SERRURERIE

 

La serrurerie du Vimeu dépend complètement de l’activité du bâtiment. Or, par suite de la raréfaction des capitaux, par suite aussi du grand nombre d’appartements vacants ne trouvant pas preneurs aussi bien dans les grandes villes que dans les communes de moyenne importance, cette activité est pour ainsi dire complètement arrêtée.

Il s’en suit que les commandes qui alimentent cette importante industrie de notre région sont considérablement diminuées. Les rares ordres à passer sont âprement disputés par les producteurs, et les acheteurs inquiets du lendemain (ne) se font aucun stock et marchandent au point que les industriels se laissent souvent aller à vendre au-dessous de leurs prix de revient.

 

Les diminutions des chiffres d’affaires atteignent en moyenne de 30 à 40 %.

Le chômage partiel sévit dans toutes les usines dont les plus favorisées ne travaillent pas plus de 32 heures par semaine.

Il y a donc aussi dans le Vimeu un certain nombre de chômeurs complets.

Comme il arrive trop souvent dans les périodes de crise et de mévente, l’entente conclue entre les producteurs n’a pu être maintenue.

 

 

CUIVRERIE DE BATIMENT

 

La production de la fabrication de la cuivrerie de bâtiment du 1er juillet 1934 au 30 juin 1935 a été mauvaise.

Pendant cette période il faut constater malheureusement l’aggravation de la crise et la persistance du malaise.

La situation dans laquelle se trouve actuellement l’industrie du bâtiment est déplorable.

Le chômage, loin de diminuer, comme le prétendent certaines statistiques complaisantes, s’étend de plus en plus dans le bâtiment. Aussi, les commandes de cuivrerie de bâtiment ont-elles été passées avec parcimonie et marchandage.

Le chiffre d’affaires de l’année a été à nouveau régressif.

Il n’y a pas de résultat à cause de l’âpreté de la concurrence et la baisse générale des prix de vente.

L’exportation ne passe pour ainsi dire plus de commandes. Nos articles ne sont pas protégés, même dans nos colonies, et la concurrence étrangère nous enlève des ordres.

Les compagnies de chemin de fer ont passé des commandes importantes, qui ont été enlevées à des prix certainement déficitaires.

La Marine a donné aussi des ordres qu’elle n’attribue pas toujours aux vrais fabricants.

La fabrication du meuble souffre aussi actuellement du marasme des affaires.

 

Photo d’une serrure de marine (Collection personnelle)

.

 

                                          SERRURIER 20me Serrure en cuivre.jpg

 

 

.

ROBINETTERIE

 

Si, cette année encore, nos industries ont souffert de la crise, manque d’affaires et prix bas, cela ne tient pas du tout il faut bien le dire, au manque de besoins sur le marché intérieur.

L’industrie du Vimeu, sa branche robinetterie en particulier a encore devant elle de belles perspectives d’avenir, car la France est loin d’avoir, au point de vue confort, l’équipement des grandes nations industrielles.

Le butane, les adductions d’eau, le sanitaire, la glacière, voilà, pour la robinetterie, une source de débouchés certains, qui ne devrait pas être près d’être tarie.

 

Pourquoi donc manquons nous d’affaires et pourquoi aussi sommes-nous obligés de vendre si bon marché ?

 

Nous manquons d’affaires :

Parce que, comme les autres industries, notre développement est suspendu par le manque de confiance dans l’avenir et par les incertitudes extérieures et intérieures.

Parce que, devant leur pénurie pécuniaire, l’Etat, les départements et les communies hésitent à entreprendre les grands travaux indispensables.

Parce que nos clients ne veulent plus stocker les marchandises même courantes.

 

Nous vendons bon marché :

Parce que nous avons une industrie relativement facile, qui nécessite peu d’immobilisation de capitaux et favorise l’éclosion de nouvelles maisons concurrentes.

 

 

Parce que la politique actuelle, en faveur de l’artisanat, contribue, qu’on le veuille ou non, à  nous créer une concurrence supplémentaire très active dans certains articles.

Parce que surtout, nous n’avons jamais pu mettre sur pied les accords de vente qui permettent de traiter le peu d’affaires qui se présente à des conditions rémunératrices. Les efforts tentés l’année dernière ont tourné court et après cette néfaste expérience personne ne paraît désireux de rouvrir les pourparlers.

Ce qui précède s’applique au marché intérieur ; mieux vaut ne pas parler de l’activité de nos industries sur le marché extérieur car elle est complètement tombée.

 

Allemands et Italiens nous battent partout à plate couture, même dans nos colonies ; Rien d’étonnant à cela, d’ailleurs puisque nous n’avons pas de politique exportatrice et que, d’autre part, cela devient, d’ailleurs un triste lieu commun, les charges d’impôts, d’assurances sociales et d’allocations familiales nous donnent le coup de grâce.  

 

 

FONTE MALLEABLE - CLES DE SERRURES

 

La situation, déjà bien mauvaise l’an dernier, s’est nettement aggravée : les affaires sont de plus en plus ralenties et les prix de vente, établis sans le moindre souci du prix de revient, dénotent la plus grande fantaisie.

Hantés par le besoin de s’assurer un minimum de travail, afin d’éviter au personnel une augmentation du chômage, certains fabricants oublient totalement qu’il existe cependant un point bas à ne pas dépasser.

Tout au contraire, les matières premières sont fermes : les fontes et les cockes notamment ont consolidé leurs cours rehaussés au début de 1934.

En clés de quincaillerie, l’entente des prix, vieille cependant de 25 ans, a été tellement boycottée qu’elle a dû être dénoncée : depuis lors, la lutte augmente de jour en jour ; c’est une guerre ouverte et sans merci, dans laquelle le prix du concurrent, seul, sert de base.  

 

Si les fabrications reprises aux Allemands sauvent la corporation de la ruine, elles sont loin de compenser le ralentissement général des affaires : les cours pratiqués sont nettement dangereux dans un métier où la main d’œuvre, devenue génératrice de trop de charges, joue un grand rôle.

A la concurrence illogique et désastreuse faite par le petit fabricant camouflé en artisan, et signalée l’an dernier, s’ajoute maintenant celle de la véritable petite usine, qui travaille le samedi après-midi, le lundi  (1) et au besoin le dimanche matin, avec du personnel régulièrement inscrit dans d’autres usines ; or, il est vraisemblable que l’employeur occasionnel n’acquitte pas les charges correspondantes : assurances sociales, allocations familiales ….

Pendant ce temps, l’Etat dispense libéralement des primes de chômage, et l’on ne peut songer sans anxiété aux effets que produirait l’application de la semaine de 40 heures (2) dans de telles conditions.

 

(1)   La journée de repos était non pas le samedi mais le lundi dans bon nombre d’entreprises, et ce, jusqu'au milieu des années 60. Peu à peu le samedi remplaça le lundi.

(2)   La réduction du temps de travail de 48 heures à 40 heures par semaine a été votée par le Front populaire en 1936.

 

 

 

 

 

STATISTIQUES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES DE LA SERRURERIE EN 1953 et 1954

 

 

 

 

 

 

Sur la base d’un document officiel de l’association des fabricants de serrures de bâtiment, qui a produit un tableau des chiffres d’affaires de l’ensemble la profession française de Serrurerie de janvier à fin septembre en 1953 et 1954 , nous avons pu tracer les deux graphiques suivants.

Les entreprises concernées sont indexées entre les graphiques. 

 

                                 SERRURIERS C.A. 1953.gif

 

 

 

 

 

VIMEU : BRICARD – DEBEAURAIN – DERLOCHE – DESPREZ - FLEURY DEPOILLY LAPERCHE - GUERVILLE RIQUIER – HOLLEVILLE - POUMAREDES & MARTINET- STREMLER – TIRARD - VACHETTE ;

 

ORNE : LEMARCHAND – MAILLARD – MERMIER

 

MARNE & SEINE ET MARNE : MOREAU – VARIN

 

LOIRE : MANUFACTURE FOREZIENNE – MERMIER

 

HAUTE SAONE : LAURENT

 

REGION PARISIENNE : MUEL

 

AUTRE : LEMOINE dont l’emplacement géographique n’a pu être déterminé.

 

.

                       SERRURIERS C.A. 1954.gif

 

 

 

 

 

 

La conclusion que l’on peut en tirer c’est qu’en l’espace d’une année, le Vimeu prend une part croissante dans le marché de la serrurerie au détriment de l’Est de la France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 11/11/2012 @ 16:16
Dernière modification : 24/04/2017 @ 14:26
Catégorie :
Page lue 847 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^