* *
* *
genealogie

CONSCRITS SERRURIERS

DIVERS DOCUMENTS

RECENSEMENTS

Histoire locale

Géographie 01

Histoire locale 01

Histoire locale 02

Histoire locale 03

Histoire locale 04

Histoire locale 05

Histoire locale 06

Histoire locale 07

Histoire locale 08

Histoire locale 09

Histoire locale 10

Histoire locale 11

Histoire locale 12

Recherche



Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 10 membres


Connectés :

( personne )
HISTOIRE DE FRIVILLE ESCARBOTIN 13è-18ème

                                    HISTOIRE DE FRIVILLE ESCARBOTIN

 

 

 

 

Le nom de cette commune de FRIVILLE ESCARBOTIN est emprunté aux deux principaux lieux, mais renferme en fait 3 villages : FRIVILLE, ESCARBOTIN et BELLOY sur MER.

 

 

 

ORIGINE DU NOM  FRIVILLE

 

FRIVILLA en 1185 (charte de fondation de l’abbaye de SERY)

FRIWEVILE en 1221 par Robert de FRETTEMEULE

FRIEUVILLE dans le pouillé de 1301.

FRIVILLE en 1507 dans les coutumes locales du baillage d’AMIENS

 

 

EGLISE DE FRIVILLE

 

L’église est sous l’invocation de Saint Etienne. La cure fut donnée à l’abbaye de SERY par les premiers fondateurs, la famille DE CAYEUX. Les religieux la desservirent jusqu’en 1552.

En 1555 le curé s’appelle Jean LE BEL. En 1728 c’est François BRIET qui administre la cure. Il dispose d’un revenu de 955 livres.

En 1736 elle fut réunie à la chapelle d’ESCARBOTIN et produisait un revenu de 1.000 livres.

La cure continua à être desservie par les religieux de SERY puisque Nicolas VUILLAUME, ancien prieur de l’abbaye de SERY décédé le 27 avril 1820 est enterré autour du chœur de l’église.

 

Le bâtiment

 

Le chœur de l’église date du 16ème siècle. Il est éclairé par de grandes fenêtres gothiques qui auraient été restaurées au 17ème siècle.

 Dehors, de chaque côté du portail ouest, on voit deux statues de pierre mutilées : la vierge Marie et saint Etienne.

Contre le mur sud de l’église, une pierre grise indique l’emplacement du tombeau de Monsieur Henri de COPPEQUESNE, décédé le 24 janvier 1803 et de son épouse Marie Louise MORANT D’AUQUEMESNIL le 11 novembre 1807 ainsi que d’autres membres de la famille de COPPEQUESNE et d’HARDIVILLIERS (voir notre article sur les seigneurs du lieu).

 

Photo de l'église actuelle de FRIVILLE (Collection personnelle)

.

                                            FRIVILLE Eglise .gif

 

 

 

.

LA CHAPELLE D’ESCARBOTIN

 

Elle fut fondée en 1635 par Messire Etienne de ROUSSE chevalier, seigneur de ST CLER et damoiselle Françoise d’AILLY, son épouse, dame d’ESCARBOTIN et FRIVILLE en partie demeurant au lieu seigneurial d’ESCARBOTIN.

Par acte du 31 juillet 1639, le sieur de ST CLER et les habitants d’ESCARBOTIN se reconnurent obligés à l’entretien total de ladite chapelle, sans être déchargés de celui de l’église de FRIVILLE.

Cette chapelle deviendra un « secours » de la paroisse de FRIVILLE.

 

LA SEIGNEURIE DE FRIVILLE

 

C’est l’abbaye de SERY qui possède le fief de FRIVILLE jusqu’en 1577, date à laquelle elle le vend à Reignier ou René de ROUSSEL, probablement le fils de François de ROUSSEL, écuyer, sieur d’ESCARBOTIN et FRIVILLE en partie.

 

Au 13ème siècle

 

La liste des seigneurs rejoint celle de  BETHENCOURT SUR MER (voir cet article sur cette commune) qui nous fait penser qu’il s’agissait à une certaine époque  que d’une même terre et seigneurie.

 

En 1185 : Hugues de FRIVILLE

En 1214, dans le cartulaire de l’abbaye de SERY,  Laurent, seigneur de FRIVILLE, chevalier, fils de Girold confirma la donation de 5 journaux de terre, faite par son oncle Willaume de FRIVILLE au profit de l’abbaye.

En 1241, Laurent seigneur de FRIVILLE, et Jeanne, sa fille du consentement du seigneur de BETENCOURT son mari, donnèrent à l’abbaye 6 journaux de terre.

En 1249 : Jean de BETHENCOURT, chevalier

En 1256, Jean MAUPIN, seigneur de FRIVILLE, du consentement de Jean de BETHENCOURT, son seigneur, vendit à l’abbaye 12 journaux de terre à FRIVILLE et un droit de terrage.

En 1257 André de BETHENCOURT, renonça aux droits qu’il pouvait y prétendre du chef de sa mère Heremburge, nièce de Willaume.

En 1263 : Gauthier de BETHENCOURT, chevalier

 

Au 14ème siècle

 

Anselme ou Anseau de CAYEUX possède FRIVILLE. Il s’opposa aux religieux de SERY à propos des droits que ceux-ci avaient sur le fief de FRIVILLE.

 

 

Au 15ème siècle

 

1440 : Jeanne de BETHENCOURT femme de Jean du BUS écuyer qui possède FRIVILLE

1493 : Jean du BUS écuyer hérite de la seigneurie

 

Blason du BUS (source Heraldiquegenweb)

 

                     FRIVILLE Blason du BUS.jpg

 

 

 

Au 16ème siècle

 

En 1507, selon les coutumes du baillage d’AMIENS, la seigneurie de FRIVILLE appartient à Mgr d’ANTOING, tenue de la seigneurie de BOUILLANCOURT EN SERY.

Les signataires de cette coutume identique à celle de FRESSENNEVILLE sont :

BLOTTEFIERE bailly – DES GROISELIERS procureur pour office – Honéré DE HESDIN lieutenant – Robert ROUSSEL homme lige en quatre fiefs – Denis, prêtre, homme lige – marque de Jehan WATEBLE, procureur de Guillaume de MONCHY homme lige à cause de sa femme. Robert de BIAUVAIS homme cottier – Marque de Honeré DENIS pour le fief qui fust Jehan DENIS - DE BEAURAIN homme cottier – Robert VASSEUR homme lige.

 

1530 – 1563 : Jacques de COPPEQUESNE ecuyer, homme d’armes du Roi ( voir les armoiries de cette famille dans le chapitre consacré à l’histoire de FRESSENNEVILLE)

1588-1620 : Gilles de COPPEQUESNE mestre de camp d’un régiment d’infanterie

1660-1690 : Claude de COPPEQUESNE chevalier, vicomte de FRESSENNEVILLE cornette de cavalerie au régiment de la Ferté.

1690-1721 : Charles de COPPEQUESNE, chevalier vicomte de FRESSENNEVILLE, capitaine au régiment royal étranger de cavalerie.

1721-1760 : Jérôme René de COPPEQUESNE, chevalier, comte de FRESSENNEVILLE, capitaine au régiment de Monchy, chevalier de ST LOUIS

1760-1791 : Henri Léonor de COPPEQUESNE, chevalier, comte de FRESSENNEVILLE, capitaine de cavalerie.

1791 : Marie Victoire Henriette de COPPEQUESNE, femme de Léonor Jean D’HARDIVILLIERS, chevalier.

 

 

Blason d’Hardivilliers. (source Heraldiquegenweb)

 

                                 FRIVILLE Blason HARDIVILLIERS.png

 

 

 

DENOMBREMENT  D’ESCARBOTIN  EN  1495 (1B347 aux A.D. d’AMIENS)

 

 

A tous ceux qui sont présents ……….verront Jehan DUROT bailly d’ESCARBOTIN pour noble homme nostre très honoré Robert ROUSSEL seigneur dudict lieu d’ESCARBOTTIN et de FRIVILLE ………..savoir faisons que ……………avons naguaire fait conduire………et comparaître pardevant nous ou nostre lieutenant et les hommes liges dudit baillage entre autre Jehan BOUTE pour bailler …en dénombrement la déclaration de un fief à luy appartenant à cause duquel fief il est homme lige d’icelle seigneurie en fournissant …..icelui Jehan BOUTE avoy apporté …sondict aveu en parchemin duquel la teneur s’ensuit …..iceluy Jehan BOUTE demourant à ESCARBOTTIN tiens et advoue tenir noblement un fief de noble homme mon très honoré Seigneur Robert ROUSSEL seigneur dudict lieu d’ESCARBOTIN et de FRIVILLE  et en partie à cause de la Seignourie de ESCARBOTIN c’est assavoir un fief et les appartenances d’iceluy anisi qu’il se comporte et se situe en icelle ville et terroir d’ESCARBOTTIN dudict fief la déclaration enssuit

 

En primier enssuit ..qui est en ma main et …..à cause dudit fief c’est assavoir neuf journeaultx et demy de terre en une pièce accostant d’un costé au chemin qui maine (mène) de FRIVILLE à SAINT VALLERY d’aultre costé à mondit seigneur aboutant d’un bout à Maître Jehan de NOIELLE et d’aultre bout audict BOUTE.

Item une autre pièce de terre contenant huit journaulx et demy et vingt cinq vergers ou environ accostant d’un costé à Guilllaume de MONCHY d’aultre costé et d’un bout à Pierre de GONAUCOURT escuier et d’aultre bout aux relligieux de SAINT VALLERY.

Item  une aultre pièce de terre contenant dix journaux ou environ accostant d’un costé audict Pierre de GONAUCOURT d’aultre costé à Bernard LE FOURNIER aboutant d’un bout au chemin menant de FRIVILLE à SAINT VALLERY et d’aultre bout à Guillaume de MONCHY.

Item une aultre pièce contenant trois journaux ou environ à moy baillé par mondict seigneur au lieu de AULTRE (AULT) trois journaux qui estoient …..de mondict fief situées en deux pièces dont Jehan de NIBAT en possède une et mondict seigneur l’aultre qui est située au bout de son jardin. Lesdicts trois journaux de terre accostant d’un costé à mondit seigneur d’aultre costé audict Jehan BOUTTE d’un bout à Maistre Jehan de NOIELLES et d’aultre bout à Fremin GRANDSIRE.

 

Item …… ceux qui tiennent de moy à cause de mondict fief les masures et terres cy après décrites.

 

Et primer Rollin OBER ?en tient une masure et tennements contenant demy journal ou environ accostant d’un costé à Jehanne BOUTTE veuve de feu Jehan LE VASSEUR d’aultre costé à la mare et de deux bouts au frocq par moy rendant et paiant chaque an de rente six sols parisis au jour et terme de nouvel an.

Bernard LE FOURNIER en tient une masure et tennements contenant par iceluy demy journal ou environ accostant d’un costé à Maroye DISGUE ? d’aultre costé audit Bernard d’un bout à la ruelle et d’aultre bout au frocq par moy rendant et paiant chaque an de rente deux sols huit deniers parisis audict terme de Noël

Item en tient Maître Jehan de NOIELLE une petite masure contenant quatorze vergers ou environ en possesion…dudit BOUTE accostant d’un costé à la ruelle quy maisne (mène) audict ESCARBOTIN BELLOY d’aultre costé et d’un bout audict BOUTE d’aultre bout au frocq par moy paiant chaque an de rente deux sols au terme de Noël

Item Rollin de RAMBURES en tient un journal de terre ou environ tenant à Jehan LE FORESTIER et d’aultre bout à Jehan LE FERE par moy paiant et rendant chaque an de rente cinq sols parisis audict terme de Noël

Item Etiennotte BOUTE en tient trois quartiers et demy de terre ou environ en une pièce accostant d’un costé à Bertin BOUTE, d’aultre costé à Jehan SAQUESPEE d’un bout au mondict seigneur et d’autre bout à Bernard LE FOURNIER par moy rendant et paiant chaque an de rente quattre sols parisis audict terme de nouvel an. Ledit Bernard LE FOURNIER en tient quattre journeaux de terre ou environ en une pièce accostant d’un costé à Jehan DYAIR d’aultre audict BOUTE d’un bout à Pierre de GONAUCOURT escuier et d’aultre bout à Guillaume de MONCHY par moy rendant chaque an de rente deux sols huit deniers parisis audict terme de nouvel (an).

Item Pierre de GONAUCOURT dict prévost escuier en tient vingt cinq journeaux de terre ou environ en trois pièces. La première contient quatre journeaulx et trois quartiers ou environ accostant d’un costé à Etiennotte BOUTE d’aultre costé audit Jehan BOUTE d’un bout au chemin qui maisne (mène) de FRIVILLE à SAINT VALLERY et d’aultre bout sur le frocq. La seconde pièce contient cinq quartiers ou environ accostant d’un costé à ? BOUTE d’aultre costé à Bernard LE FOURNIER, d’un au pré quy fut ….et d’aultre bout audict escuier et la tierce et dernière pièce contenant dix neuf journeaux ou environ accostant d’un costé à Maître Jehan de NOIELLE

Et à mondict seigneur d’aultre costé audict BOUTE d’un bout au chemin quy maisne (mène) de FRIVILLE à SAINT VALLERY et daultre bout aux terres des religieux de SAINT VALERY.

 

 

Fait à ESCARBOTIN le dix neufvième jour de novembre mil quatre cents quatre vingt quinze.

 

Chateau de FRIVILLE dans "Collection MACQUERON" en ligne (voir notre page liens patrimoine)

 

   

                                FRIVILLE Chateau Maqueron.jpg

 

 

La cure de FRIVILLE

 

Bail le 16 février 1552 chez Maître Catherin FARDEAU notaire à PARIS entre Jean LEBEL prêtre à FRIVILLE et Jean RATEL prêtre à EMBREVILLE, secours de BEAUCHAMPS.

Jean LEBEL donne en bail son prieuré-cure pour 3 ans à Jean RATEL moyennant 160 livres tournois, le bailleur se réservant « une petite sallette, chambre et jardin du presbitaire » . Obligation de fournir la caution solidaire de Robert et Jean RATEL, frères du preneur.

 

 

 

Un procès à FRIVILLE en 1783

 

Entre Jean François DE RAMBURES laboureur demeurant au village de TULI Baillage demandeur suivant et aux fins de la requête par lui à nous présentée le sept juin  souscrite de notre ordonnance du même jour signée et scellée … Il est tenu de convenir que… les quatre et six du mois de juin il (Michel DEBEAURAIN) a fait paître son troupeau par le sentier qui reigne le long de la pièce de terre ……… a fait du dommage considérable aux bled croissant  sur icelle … il fut ordonné par provision que ladite pièce de terre serait vue et visitée par expert dont parties conviendraient à l’effet de constater le dommage souffert  par ledit demandeur……. condamnant à payer au demandeur la somme à laquelle sera arbitrée ledit dommage et ce avec intérest jusqu’à l’actuel payement, que déffense luy sera faite de passer à l’avenir avec son troupeau par ledit sentier

 

Aussi ci-après nommés

Contre Michel DEBEAURAIN berger de FRIVILLE demeurant audit THULLY Baillage déffendeur suivant et aux fins de la requête du six dudit mois de juin signiffié par reçu  ….ordonne que les particuliers composant le corps et communauté de FRIVILLE et les propriétaires dudit troupeau seroit mis en cause a l’effet d’accorder ou contester audit DE RAMBURES si le chemin dont est question est une pièce …ou un chemin particulier et s’il a été ou n’a jamais été à l’usage du public et du troupeau de FRIVILLE pour paturer sur le terroir dudit lieu, pour après la mise en cause ordonné et la prise de fait et cause dudit DEBEAURAIN être prouvé s’il y a lieu à la visite requise par ledit DE RAMBURES .

 

Lequel en cas de contestation seroit condamné aux dépends et entre ledit DE RAMBURES demandeur contre ledit DEBEAURAIN en exécution de notre sentence contradictoirement rendu entre les dites parties le dix juin. Le dommage prétendu causé sera vu, visité et estimé et que les pertes en procédant à ladite visite constatées. La largeur du sentier ou chemin et diroient si la pièce de terre dont s’agit ne doit supporter qu’un sentier quel est le dommage et si elle doit supporter un grand chemin quel est celui qui peut souffrir . ….Ledit DE RAMBURE a nommé par acte signiffié de procureur à procureur le dix-sept dudit mois de juin pour son expert la personne du sieur Joseph DUFRIEN laboureur demeurant au village de THULLY

 

Entre Henry Eléonor DE COPPEQUESNE chevalier seigneur de FRESSENNEVILLE, FRIVILLE et autres lieux et Dame MORAND de FRESSENNEVILLE son épouse, demeurant en leur château de FRIVILLE, Pierre GRANDSIRE, Jean Baptiste BOUTTE, Jacques et Hilaire FOURDRIN, Antoine GRANDSIRE, Jean Baptiste DUCORROY, Etienne, François FOURNIER, Michel BEAUVISAGE, Eustache DUCORROY, Laurent RATEL, Michel HURTEL, Nicolas BOUTE, Gaspart EGLET, Charles , François LAVOISIER, Alexis DU CORROY, Eloy BOCLET, Michel BOULT, François HURTEL, Jean François DUCORROY, Etienne HURTEL, Denis ?, Pierre, François PETIT, et Etienne RATEL, tous propriétaires et habitants ayant bêtes à laisne de la paroisse dudit FRIVILLE intervenant suivant leur requêtte du quatre juin de ce mois souscritte de notre ordonnance du même jour et signiffié de procureur à procureur ledit jour par ROMY et par laquelle ils ont conclu à ce que acte leur soit accordé de ce qu’ils déclarent se rendre partie intervenante en la présente justice qu’acte leur soit pareillement donné de ce qu’ils déclarent prendre fait et cause dudit DEBEAURAIN.

 

 

Ordonne

 

Primo : tant par le sieur Joseph DUFRIEN expert nommé par ledit sieur DE RAMBURES que par celuy nommé par les intervenants il sera prouvé non seulement à la visite et estimation du dommage prétendu causé aux bleds dont s’agit mais encore que la dite expertise en procédant à ladite visite examineront et déclareront en leur procès-verbal si le dommage dont s’agit en provient par plutôt du fait de gens mal intentionnés qui ont passé et repassé dans la bordure du bled dudit DE RAMBURES et si ledit bled endommagé n’a point été arraché à la main plutôt que devoir été brouté par le troupeau des intervenants

 

2° que lesdits experts examineront et déclareront dans leur dit procès-verbal si le chemin dont s’agit a ou n’a pas sa sortie et son entrée pour aller du village de FRIVILLE aux héritages des champs et sa rentrée pour le rapport des grains de la moisson.

 

3° la largeur de ce chemin qui conduit auxdits héritages des champs au camp corun vers BOURSEVILLE, MARTAIGNEVILLE et THULLY ne porte pas plus de huit pieds d’un côté des grains et l’autre cotté dudit chemin

 

4° que ledits experts examineront semblablement et en feront mention dans leur rapport si l’emprunte des roues des voitures qui passent et repassent par le chemin est  visible ou non

 

5° que les parties assistés de leur procureur pourront faire auxdits experts lors de sa visite tout observation qu’elles jugeront convenable et qu’elles pourront faire joindre au procès-verbal desdits experts tels dire et contenus qu’elles aviseront recours en ladite requête pour ce qui est plus au long contenu et mentionné contre ledit Jean François DE RAMBURES déffendeur

 

Comparant ledit DE RAMBURES par M. PIEFFORT son procureur d’une première part ledit DEBEAURAIN par M. VOISIN le jeune son procureur d’autre part : et les dits Sieur de COPPEQUESNE et consort intervenants par M. VOISIN LAISNE leur procureur encore d’une autre part. 

 

INONDATIONS DE L’HIVER 1784

 

Rapport du Subdélégué du canton de ST VALLERY

 

On observe que les pertes ci-dessus reprises ont été causées par la fonte des neiges mais qu’il en existe d’autres occasionnées par la longueur et la rigueur de l’hiver.

 

 

Une cavée de BELOY à TULLY totalement dégradée ce qui exigera le travail de 7 hommes pendant trois jours, soit 27 Livres

Une autre cavée de BELLOY à FRIVILLE qui pourra être rétablie en un jour par huit ouvriers, soit 7 livres

Une autre cavée d’ESCARBOTTIN à WOINCOURT : elle est la plus dégradée et exigera le travail de dix hommes pendant quatre jours, soit 36 livres

Une autre cavée de FRIVILLE à FRESSENNEVILLE qui pourra être rétablie en un jour par quatre hommes, soit  3 livres

Une autre d’ESCARBOTIN à TULY qui pourra aussi être rétablie en un jour par quatre hommes, soit 3 livres

 

 

 

 

 

Sources : 

Série B aux A.D d'AMIENS

Darsy : bénéfices de l’église d’amiens.

Dictionnaire topographique GARNIER

Coutumes du baillage d’AMIENS bouthors

Aux confins de la picardie et de la normandie L. GROUE

Histoire de l’abbaye de DOMMARTIN de CALONNE

 

 

 


Date de création : 22/12/2014 @ 17:25
Dernière modification : 17/01/2017 @ 22:18
Catégorie :
Page lue 1008 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^