* *
* *
genealogie

CONSCRITS SERRURIERS

DIVERS DOCUMENTS

RECENSEMENTS

Histoire locale

Géographie 01

Histoire locale 01

Histoire locale 02

Histoire locale 03

Histoire locale 04

Histoire locale 05

Histoire locale 06

Histoire locale 07

Histoire locale 08

Histoire locale 09

Histoire locale 10

Histoire locale 11

Histoire locale 12

Recherche



Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 10 membres


Connectés :

( personne )
HISTOIRE DE FRIVILLE ESCARBOTIN 1800-1851

 

 

                               HISTOIRE DE FRIVILLE ESCARBOTIN (SUITE)

 

 

Dans l’annuaire de la Somme de 1827 on lit :

 

FRIVILLE : Cylindres cannelés : BOUTTE François, GAUTHIER, MAQUENNEHEN Armand, Jacques, Manasses, Vulfranc,CARON A, WARNIER P, WARNIER veuve

 

ESCARBOTIN : serrures : BOUTTE F, BOUTTE Hubert, DEPOILLY, GAUTHIER Joseph, GAUTHIER Laurent,MAQUENNEHEN Armand, Jacques, Manasses, Vulfranc, POSTELSACEPEEWARNIER J.B., WARNIER P.

OLIVE rue de la Tixeranderie

 

 

 

ANALYSE DU RECENSEMENT DE FRIVILLE EN 1836

 

 

Les personnages importants du village

 

Le Maire n'est pas nommé

 

Il y a 2 curés (un par paroisse) : DEFER Joseph, 25 ans

                                                CUVELLIER Cyprien 34 ans

 

Le chirurgien se nomme : TESTU Auguste, il a 39 ans

 

Les instituteurs : DEPOILLY Louis, 70 ans

                          OUIN François, 46 ans

                          GAGE Zéphir, 27 ans

 

Il y a 5 meuniers : COUILLET François, 40 ans

                            LOTTIN François, 53 ans

                            LOTTIN Alexis, 22 ans

                            GOSSET Jean Baptiste, 44 ans 

                            GOSSET Jean Baptiste, 18 ans

 

Répartition de la population :

 

Le nombre d'hommes de + de 21 ans est de : 432

Le nombre de femmes de + de 21 ans est de : 464

Le nombre d'enfants de – de 21 ans est de : 607

La population totale de la commune est de 1503 habitants alors qu’en 1792 elle était de 1284 habitants (Friville-Escarbotin-Belloy).

 

L'âge moyen de la population est de 30 ans environ

 

Il y a un peu plus de 4 personnes par foyers qui sont au nombre de 356

 

64 femmes sont chefs de ménage

 

Le plus vieil habitant, c'est FORATIER Joseph, 82 ans

 

La plus vieille habitante, c'est CAHON Françoise, 84 ans

 

La plus jeune : ANQUIER Marcelline, a 3 semaines

 

Métiers

 

Les propriétaires sont au nombre de 3 et les rentiers 5

 

Secteur agricole : 78 personnes, soit 7 % de la population active

 

Les cultivateurs sont au nombre de 59 et les manouvriers 16.

Il y a de plus, 3 bergers.

 

Secteur artisanal : 899 personnes, soit 81 % de la population active

 

Les artisans du bâtiment sont peu nombreux : 14

Il y a 4 charpentiers, 4 briquetiers, 4 menuisiers également, 1 seul couvreur et 1 vitrier.

 

Ce sont de loin les métiers liés au tissage et filage qui sont les plus représentés. Ainsi il y a 19 tisserands, 2 teinturiers et 500 fileuses !

 

Les métiers qui travaillent les métaux ne sont pas en reste. 266 serruriers et 83 « mécaniciens » (1)

A eux seuls, ils représentent 31 % de la population active.

On compte aussi 4 forgerons, 4 charrons, 3 maréchaux ferrant, 1 tourneur et 1 taillandier.

 

A ces catégories il faut ajouter 2 tonneliers.

 

 

(1)  le serrurier mécanicien est celui qui s'occupe de la fabrication des pièces de mécanique et exécute les machines d'après les plans de l'inventeur. Ce sont des serruriers de précision.

 

Secteur commerçant : 58 personnes, soit 5 % de la population active.

 

Les métiers de bouche représentent 7 personnes :

1 boulanger

3 bouchers

3 cafetiers

 

Les métiers de l'habillement occupent 30 personnes

12 tailleurs

3 couturières

6 cordonniers

9 lingères

 

21 autres « marchands » sont répertoriés sans aucune autre précision.

 

Les personnes peu qualifiées sont au nombre de 63, soit 5,5 % de la population active

 

Ce sont essentiellement, des domestiques, jardiniers, cuisiniers.

 

Les fonctionnaires sont 5

 

3 instituteurs

1 douanier

1 percepteur

 

Les indépendants représentent 7 personnes

1 chirurgien

5 meuniers

1 messager

 

Les femmes actives représentent 87 % de la population féminine totale. Elles sont pratiquement toutes fileuses.

 

Parmi les plus jeunes enfants au travail,on distingue nettement les deux sexes.

Les petites filles sont essentiellement fileuses et ce, dès 11 ans ; à 12 ans, on en répertorie une quinzaine.

Les garçons travaillent plus tard mais leurs métiers sont plus qualifiés.

On note 1 serrurier de 11 ans, 2 de 12, 5 de 13ans

2 mécaniciens (voir plus haut la définition de ce métier) ont 12 ans et autant en ont 13.

1 tailleur exerce son métier à 12 ans.

 

 

SYNTHESE

 

La structure de la population est à nouveau différente de celle des autres villages du Vimeu étudiés.

C'est un village très important par le nombre de ses habitants.

La population agricole est nettement moindre que celle de tous les autres villages. Il semble que la surface de la commune alliée à un nombre d'habitants conséquent n'ait pas permis le développement d'un secteur agricole, qui puisse nourrir ses acteurs.

La population s'est donc orientée vers un secteur artisanal  qui compense ce manque d'agriculteurs puisque plus de 80 % de la population active s'adonne à ces activités artisanales. L'essentiel étant constitué par les femmes qui sont obligées de trouver un revenu d'appoint dans le filage.

 

 

HISTOIRE DE LA SOCIETE CHUCHU DECAYEUX

 

 

LES PROPRIETAIRES

 

Le fondateur de la société s’appelait Pierre Alexandre DECAYEUX. Marié à Julie LOTTIN  il est cultivateur au moins jusqu’en 1851, date du recensement de la commune de FRIVILLE ESCARBOTIN. Julie LOTTIN, fille de Jean François LOTTIN, meunier, est lors de son mariage, « propriétaire » c’est donc une famille aisée qui voit ainsi le jour. A la date de son décès en 1859 – il a 41 ans seulement-  Pierre Alexandre DECAYEUX est fondeur en cuivre. Nous ne savons pas quand il change de profession ni s’il a repris l’activité d’un autre fondeur.

 

Son fils âgé au décès de son père de 13 ans seulement – il est né en novembre 1846 - s’appelait Alexandre Edmond DECAYEUX. Sa mère continue l’activité probablement durant quelques années. Il épouse  en septembre 1871 Céline DELABIE. Cette dernière est la fille de Louis Adolphe DELABIE fondeur en cuivre. Il est associé avec son frère Louis François sous le nom « DELABIE Frères ». Après le mariage de sa fille Céline, Louis Adolphe DELABIE se retire des affaires. Sur le recensement de 1872 Edmond DECAYEUX habite rue neuve à ESCARBOTIN et a déjà un commis en fonderie.

 

Le couple aura un seul fils Alexandre Gaston DECAYEUX né en septembre 1873. Il décède quelques semaines plus tard.

Alexandre Edmond DECAYEUX, meurt le 18 octobre 1894 à l’âge de 47 ans. Il laisse trois filles : Jeanne, Irène et Alice.

 

La raison sociale de la société devient alors  Société « Madame Vve DECAYEUX Fils. » Puis Berthe Irène DECAYEUX ayant épousé en seconde noces Louis TIRARD originaire d’AULT, la société devint la propriété des deux associés : Louis TIRARD et CélineDELABIE-DECAYEUX.

.

Objet publicitaire (Collection personnelle)

.

                                FRIVILLE Chuchu pub.jpg                    FRIVILLE Chuchu pub 2.jpg

 

.

 

En 1904, une autre fille : Jeanne DECAYEUX épouse André CHUCHU, lieutenant d’artillerie originaire de la Marne et polytechnicien. Avant son mariage, il travailla à la mise au point du canon de 75 qui fut utilisé pendant la première guerre mondiale.

A partir de 1907, la société prend le nom de  « TIRARD et CHUCHU », Céline DELABIE-DECAYEUX s'étant retirée.

 

Après la guerre de 14-18, André CHUCHU désintéressa son beau- frère, Louis TIRARD et reprend seul la Société qui devient la Société « CHUCHU DECAYEUX. »

Louis TIRARD décèdera en 1928 laissant cependant un fils Jean TIRARD qui épouse en 1928, quelques semaines après le décès de son père, Geneviève BISSON DE LA ROQUE et alla s’établir à BOURSEVILLE,

 

En 1930, la société CHUCHU DECAYEUX s’est constituée en S.A.R.L d’abord au capital de 2.470.000 Francs, puis, en décembre 1956, celui-ci s'élève à 48.000.000 de Francs.

 

En 1958, Monsieur André CHUCHU prend sa retraite et son fils Jacques le remplace à la tête de la société. Jacques CHUCHU était né en 1905, diplômé de Centrale et licencié en droit.

En 1965, la société atteint le milliard de Francs de chiffre d’affaires et occupe environ 100 personnes.

 

En 1970, Monsieur Jacques CHUCHU-DECAYEUX, désireux d’assurer la pérennité de l’usine, vendit la société à la SociétéBRICARD et Monsieur Alfred  BRICARD en devient PDG.

En 1983, elle occupe 155 salariés.

 

Actuellement, la société est la propriété de la famille  BERLY DE BUIGNE, apparentée à la famille BRICARD et a déménagé àWOINCOURT, rue du chevalier de la Barre en 1998.

 

Ci-dessous en tête d’un catalogue de la Société

.

                                                         FRIVILLECatalogue CHUCHU.jpg

 

                                       

 

.

LA FABRICATION

 

Edmond DECAYEUX reprit la fabrication de son beau- père qui était constituée d’articles de quincaillerie domestique en profils de laiton, mais surtout se tourna vers la serrurerie, le tout était en laiton fondu au sable. La fabrication de serrures dura jusqu’à la guerre de 1940 puisque la société a fourni toutes les serrures du paquebot NORMANDIE. Le logo de la société est E.D.F  (Edmond DECAYEUX Fils.)

 

En même temps, la société évolue vers la robinetterie. A cette époque il s’agissait uniquement de robinets- quart- de- tour à clé aussi bien pour l’eau que pour le gaz.

 

Devant la multiplication des machines, on installera au milieu de l’usine une machine à vapeur qui fournira l’énergie à tous les postes de travail. Territorialement, l’usine se limitait à un seul bâtiment situé à proximité du logement personnel de la direction, devenu ensuite bureaux. L’usine s’agrandit par acquisitions successives pour constituer les ateliers de décolletage, et de matriçage ainsi que l’extension de l’atelier d’usinage.

 

La production évolue : on s’éloigne de la quincaillerie de bâtiment et de la serrurerie pour développer la robinetterie eau et gaz. La fonderie en coquille remplace de plus en plus la fonderie au sable.

 

Après la dernière guerre où l’usine contribue à l’effort d’armement, l’essor se poursuit. Le parc de machines- outils se développe. 

 La clientèle s’agrandit constituée uniquement de grossistes et de quelques administrations surtout le Gaz de France qui avait des pièces spécifiques à chaque région avant que ne se fasse la centralisation des matériels.

 

Le développement des affaires avec  Gaz de France amène l’extension de la clientèle à l’Algérie, qui perdure après l’indépendance sous le sigle « SONELGAZ »Ces marchés, copiés sur ceux de Gaz de France prirent une grande importance dans le chiffre d’affaires de la Société.

 

 

 

ANALYSE DU RECENSEMENT DE FRIVILLE EN 1851

 
 
Les personnages importants du village
 
Le maire n’est toujours pas nommé
 
Il y a 2 curés (un par paroisse) : DEFER Joseph, 40 ans
                                                CUVILLIER Cyprien, 48 ans
 
Le chirurgien s’appelle : TESTU Augustin, il a 54 ans
 
Les instituteurs : DAMERVAL Stanislas, 32 ans
                         OUIN Eugène Benjamin, 20 ans 
 
Le garde champêtre, c’est HURTEL Etienne, 68 ans
 
Il y a 6 meuniers : GOSSET Jean Baptiste, 59 ans
                           GOSSET Jean Baptiste, 32 ans
                           LELEU Désiré, 32 ans
                           LOTTIN Isidore, 68 ans
                           LOTTIN Alexis, 37 ans
                           COUILLET François, 54 ans
 
Répartition de la population :
 
Le nombre d’hommes de + de 21 ans est de : 475
Le nombre de femmes de + de 21 ans est de : 473
Le nombre d’enfants de – de 21 ans est de : 609
La population totale de la commune est de 1556 personnes
 
L’âge moyen de la population est de 30 ans environ
 
Il y a un peu moins de 4 personnes par foyers qui sont au nombre de 403
 
92 femmes sont chefs de ménage
 
Le plus vieil habitant, c’est DUCORROY Laurent, 84 ans
 
La plus vieille habitante, c’est FAUQUET Madeleine, 87 ans
 
Les deux plus jeunes habitants ont exactement 15 jours, ce sont FOURDRIN Pierre et ACOULON Arcadie.
 
Métiers
 
Les propriétaires sont 35 et les rentiers 9
 
 
Secteur agricole : 121 personnes, soit 16,5 % de la population active
 
Les cultivateurs sont au nombre de 69 et les manouvriers 46.
Il y a aussi 2 bergers, 2 marchands de porcs et 2 bûcherons
 
 
Secteur artisanal : 479 personnes, soit 65,4 % de la population active
 
Les artisans du bâtiment sont au nombre de 17.
Il y a 6 charpentiers, 4 couvreurs, 5 menuisiers et 2 briquetiers.
 
Les métiers liés au tissage se décomposent en : 7 tisserands, 3 teinturiers et 123 fileuses 
 
Les métiers qui travaillent les métaux sont de loin les plus représentés :
9 fabricants de serrures et cylindres cannelés
270 serruriers qui ont pour quelques uns d’entre eux un autre métier (cafetier, cultivateur)
8 mécaniciens serruriers (voir plus haut la définition de ce métier)
5 fondeurs en cuivre et 4 tourneurs
10 tailleurs de limes
4 charrons, 6 maréchaux ferrant, 3 taillandiers (1), 5 forgerons, 1 tonnelier et 1 poêlier
 
3 autres artisans ne peuvent être classés dans les catégories ci-dessus : 1 tourneur en bois, 1 bourrelier et 1 horloger.
 
(1) taillandier : métier qui consiste à fabriquer des outils tranchants tels que ciseaux, cisailles et haches pour les artisans
 
 
Secteur commerçant : 52 personnes, soit 7,1 % de la population active
 
Les métiers de bouche représentent 19 personnes :
15 épiciers ou cafetiers
2 charcutiers
1 boucher
1 boulanger
 
Les métiers de l’habillement occupent 28 personnes
4 tailleurs d’habits
6 blanchisseuses
10 couturières
et 2 blanchisseuses/couturières
6 cordonniers
 
5 autres marchands sont répertoriés qui vendent : des légumes, des graines, du fer et 2 marchands drapiers.
 
Ouvriers, apprentis, domestiques : 64 personnes, soit 8,7 % de la population active
 
23 ouvriers, 2 apprentis et 39 domestiques font partie de cette catégorie.
 
 
Les fonctionnaires sont 7
 
2 instituteurs
1 cantonnier
1 agent voyer
1 garde champêtre
1 percepteur
1 facteur de poste
 
 
Les indépendants représentent 9 personnes
 
1 voiturier
6 meuniers
1 messager
1 chirurgien
 
 
Les femmes actives représentent environ 30 % de la population féminine de + de 21 ans, ce qui est en nette régression par rapport au dernier recensement.
 
Les plus jeunes enfants au travail sont principalement des garçons et des serruriers. 2 garçons de 11 ans sont serruriers, un garçon de 12 ans est ouvrier serrurier, et à 13 ans, 8 garçons sont serruriers. Il n’y a qu’une seule petite fille de cet âge au travail, elle est fileuse.
 
 
SYNTHESE
 
La population du village s’est légèrement accrue depuis 1836 mais sa structure reste la même.
 
C’est la répartition des secteurs d’activité qui a beaucoup changé. Avec la disparition du tissage la population a cherché une autre activité. Dans le secteur agricole, on trouve beaucoup plus de manouvriers.
Dans l’artisanat, le bâtiment a recruté un peu plus de personnes. Si les métiers qui travaillent le fer sont toujours prédominants, on note une diversification de ceux-ci, et l’apparition du travail du cuivre. La spécificité de FRIVILLE vient également des fabricants d’outils : tailleurs de limes, taillandiers.
Il y a déjà à cette époque 9 manufacturiers.
 
Le travail des femmes cependant s’est trouvé minoré avec la disparition du tissage. Les fileuses n’ont pu se reconvertir et les femmes actives sont beaucoup moins nombreuses.
 
Carte postale de Friville-Escarbotin : place du marché aux porcs
.
 
                                                                            FRIVILLE-Place-du-marche-aux-porcs.gif
 
.
 
Sources : Recensement de population et d'Etat Civil  

Série U aux A.D. d'AMIENS

Notaire MANCHELIN à FRIAUCOURT

 

 

 

 


Date de création : 22/12/2014 @ 17:39
Dernière modification : 21/02/2018 @ 17:34
Catégorie :
Page lue 1587 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^